Réseaux
  • 7 juillet 2016
  • - Commentaires fermés sur Né sous Facebook Live, par Sophie Simon
  • -

C’est une initiative pour le moins plus inattendue que le classique faire-part des jeunes parents old school annonçant leur heureux événement, heure de naissance et mensurations du poupon à l’appui, qu’a pris Fakamalo Kihe Eiki afin d’informer son entourage de l’arrivée imminente de son enfant.

En effet, le 16 mai dernier, depuis une salle de travail du Mercy San Juan Medical Center à Sacramento, ce père californien en devenir a alors filmé en direct l’accouchement de sa compagne sur la nouvelle application Live de Facebook. N’ayant (a priori) pas pris garde de la réserver à la sphère privée de ses « amis », la vidéo a de fait été diffusée publiquement, se trouvant accessible à tous les utilisateurs du réseau social, dont cent quatre-vingt mille l’ont consultée en temps réel. De clics en likes, ce court-métrage de quarante-cinq minutes a été visionné plus de trois cent quatre-vingt-dix mille fois, moins de dix jours après sa diffusion en temps réel sur la page d’accueil du cinéaste amateur.

Interviewé par la chaîne canadienne CBC News, celui-ci a répondu de son acte et aux commentaires offusqués par ce buzz de la sorte : « Il n’y a absolument rien à cacher lorsque l’on accueille un enfant. C’est une bénédiction et je voulais juste la partager avec les gens. » Il semble effectivement y avoir de moins en moins à cacher sur la vague des vidéos spontanées, du suicide en direct de la jeune Océane sur Périscope, à la délivrance live sur le réseau social au milliard d’utilisateurs actifs quotidiens.

« Je ne vois que d’un point, mais dans mon existence je suis regardé de partout ». Cette célèbre assertion lacanienne résonne, face au spectacle de ces inédites pratiques du regard. « Ce voir à quoi je suis soumis d’une façon originelle ». Pour le coup, ce n’est pas le petit Fakamalo Junior qui pourra dire le contraire, alors que sa mère se réjouit déjà qu’il soit une « star ».