Réseaux
  • 8 septembre 2016
  • - Commentaires fermés sur Nuit Debout, une autre téléréalité ?, par Juliette Parchliniak
  • -

On se souvient – pour ceux qui ont eu la chance de connaître cette époque où les combats pour la liberté d’expression faisaient rage – du lancement des premières radios libres en Europe, dans les années 70, avec notamment la célèbre Radio Caroline, qui diffusait depuis un bateau naviguant, au large de l’Angleterre, dans les eaux internationnales. En France, il s’agissait de revendiquer non seulement la liberté d’expression mais également la fin du monopole et de la tutelle de l’État en matière de radio et télévision, l’Etat contrôlant l’ORTF via le ministère de l’information jusqu’en 1974, et depuis les sociétés nationales.

Le jeudi 31 mars dernier a eu lieu place de la République à Paris, suite à une grande journée de contestation de la loi-travail, la première Nuit Debout, sous le slogan : « On ne rentre pas chez nous ! » L’information avait été largement relayée sur Twitter et à une heure du matin il y avait encore de nombreuses réactions via l’application, si bien qu’un jeune « community manager » de 25 ans, Rémy Buisine, décida d’aller voir de plus près. Surpris de ce qu’il y rencontra, des gens autour de feux de camps qui parlaient et débattaient de la chose politique, il se mit aussitôt à filmer le rassemblement en direct sur Periscope. Il est ensuite revenu pour la deuxième Nuit Debout, le 32 mars selon le calendrier nuit-deboutiste, puis les 33, 34 et ainsi de suite.

Dimanche 34 mars, quelque chose se produisit : alors qu’environ 1 300 personnes étaient sur la place de la République, Periscope enregistra pour le live de Rémy Buisine 385 000 connexions cumulées, bien plus que ce que l’application ne pouvait supporter. En effet beaucoup d’internautes de moins de trente ans, mais aussi de beaucoup moins jeunes, dont certains rejoignirent à leur tour la place de la République, suivaient en ligne la retransmission en live de l’événement. Ainsi, grâce à cette dernière, une autre image de Nuit Debout émergea.

S’ensuivit, le mercredi 37 mars, à l’initiative de journalistes de France-Culture et France-Inter, le lancement de Radio Debout, diffusée sur Mixlr. Ce sont 221 000 personnes qui suivirent en direct la première émission. Puis, le jeudi 38 mars, on assista au lancement de TV-Debout : la chaîne télévisée diffusait en direct sur Youtube, chaque soir à 18h, l’information des Nuits Debout, suivait les assemblées et recevait les orateurs. On pouvait ainsi avoir vent de la formation des nouvelles « commissions » et de l’avancée de leurs travaux quant à l’invention d’un nouveau modèle politique et social : les commissions Avocats-Debout, Archis-Debout, Psys-Debout, Hôpitaux-Debout (etc.), virent le jour. Une éducation populaire assurée par les enseignants des Universités engagées dans le mouvement se mit également en place.

Une répression extrêmement violente des forces de l’ordre, dont ont témoigné sur les réseaux sociaux nombre d’étudiants et de preneurs d’image, surprit ce mouvement, pourtant pacifique, et conduisit finalement, le temps de l’été tout au moins, à son interruption et à une réflexion sur de nouvelles formes possibles de mobilisation. Cependant, la guerre des images entreprise par le gouvernement et les principaux médias, qui n’évoquaient que les casseurs et les policiers blessés par les manifestants, avait trouvé avec Télé-Debout, Radio-Debout et Gazette-debout, son juste répondant. À la désinformation du côté des chaînes censées nous informer et à la désorganisation de l’information qui règne sur les réseaux sociaux, se sont opposées un temps une radio et une chaîne de télé qui avaient pour vocation exclusive de donner à voir ce qui se passait place de la République, sans contrainte de temps et même en favorisant la liberté de parole. Nuit Debout contée par elle-même et s’offrant aux regards en scandant : « Regardez-nous car ce qui se passe ici vous regarde ! »

https://www.google.be/search?q=tele+debout&client=safari&hl=fr&prmd=nvi&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwisrtTQ1uHOAhXLJsAKHfTPCV8Q_AUICSgD&biw=1024&bih=649#hl=fr&tbm=isch&q=nuit+debout&imgrc=1Ny-h8rkj_4uQM%3A