Sports
  • 4 octobre 2016
  • - Commentaires fermés sur La main de Didier, par Guillaume Roy
  • -

Didier Deschamps, l’actuel sélectionneur de l’équipe de France, est reconnu pour ses qualités de footballeur, de capitaine et d’entraîneur. Son style a toujours été sobre et sérieux, il n’avait pas la réputation d’être un créateur, un inventeur comme Zidane ou Platini.

Eh bien, détrompez vous !

Didier Deschamps a un inventé un geste, et un beau geste il me semble.

2 juillet 2000, victoire de la France à l’Euro 2000. Roger Lemerre et Didier Deschamps se retrouvent dans le rond central et une discussion s’amorce. Qu’ont-ils bien pu se dire se demandent les journalistes ? En deux temps trois mouvements, ils recrutent un spécialiste de la lecture labiale qui retranscrit le dialogue à une heure de grande écoute :

Lemerre — On ne va pas abandonner maintenant. Avec les échéances qui nous attendent […] Alors, tu ne vas pas sortir maintenant.

Deschamps — J’ai ma femme, ma famille… Je ne veux pas les faire souffrir.

Lemerre — Réfléchis, et quand tu décideras de l’annoncer… Pour le moment, c’est la fête.

Deschamps — Mais il faut que j’aie le choix. J’en ai marre, j’en ai vraiment marre.

Ce jour-là, jour de victoire, c’est l’intimité du joueur qui est révélé au grand jour et sa retraite, annoncée.

Depuis ce jour, Didier Deschamps et à sa suite des centaines de footballeurs mettent la main devant leur bouche lorsqu’ils parlent et qu’ils veulent que cela ne se sache pas. En 1998, le bien nommé Les yeux dans les bleus a été le documentaire précurseur et raffiné d’un mouvement qui n’a cessé de s’étendre par la suite : une caméra dans les vestiaires, une caméra à l’hôtel, une caméra à l’entraînement. Ce qui frappe dans ce documentaire et le rend attachant aux amateurs de football, c’est la spontanéité des paroles des principaux acteurs, aux antipodes de la fade communication qui verrouille la plupart des interviews aujourd’hui.

La parole s’affadit, à de rares exceptions, et l’œil se déploie, sans exceptions. Alors la main de Didier ou l’invention d’un rempart contre l’œil qui veut tout voir et tout savoir. La main de Didier qui opère une soustraction et permet, en creux, de souligner la valeur d’une parole qui reste secrète.