Dévoilement
  • 11 octobre 2016
  • - Commentaires fermés sur Le regard aveugle, par Caroline Doucet
  • -

« La désinstallation c’est votre escargot à vous ! », fut l’intervention de l’analyste qui fit céder le symptôme fondamental nommé en analyse : la désinstallation-symptôme. À quel escargot l’analyste faisait-il référence ?

À celui qui figure sur le tableau de Francisco Del Cossa, peintre italien de l’école de Ferrare du Quattrocento, intitulé l’Annonciation. Mais que vient faire ce volumineux et incongru gastéropode qui chemine au premier plan, immanquable, dans le somptueux palais de Marie au moment de l’Annonciation ? Les hypothèses foisonnent à ce propos. Iconographes, historiens de l’art, spécialistes de l’exégèse médiévale, ont proposé différentes explications afin de cerner le sens de la présence de cet animal généralement symbole de patience ou de paresse au bord de ce tableau. Retenons celle de Daniel Arasse pour qui ce mollusque représente en ce lieu la « figure d’un regard aveugle »[1].

« L’escargot, écrit-il, nous montre qu’il ne faut pas nous laisser prendre à l’illusion de ce que nous voyons, ne pas y croire »[2]. De même que Del Cossa en situant l’escargot à cet endroit du tableau invite le spectateur à une conversion du regard, l’intervention de l’analyste interpréta mon aveuglement. L’interprétation analytique n’est pas ouverte à tous les sens, indique Lacan dans le Séminaire XI. Ce qui n’est pas ouvert à tous les sens c’est précisément ce qui ne relève pas uniquement du langage, le symptôme et le fantasme. Dans ce cas, l’interprétation leva le voile sur ce qui demeurait invisible au sujet en dépit du déchiffrement opéré par le sens et porta atteinte à la fixation de jouissance du symptôme. Le symptôme-désinstallation focalisait mon attention, occupait les séances, mais je ne voyais rien dans ce que je regardais. L’attention accordée à ce symptôme rendait invisible ce qui se dévoilerait par la suite : la résistance au désir de l’analyste.

« Dans ce que vous voyez, poursuit Arasse, vous ne voyez pas ce que vous regardez, ce pour quoi, dans l’attente de quoi vous regardez : l’invisible venu dans la vision »[3]. L’interprétation contre la « politique de l’escargot » propre à conduire un sujet à ne rien voir empêtré dans la jouissance de l’attente des effets de sens à venir et du corps jouissant. Elle surprend, détonne dans le paysage langagier de l’analysant et la trame de son discours. Rieuse parfois, antidote à l’ennui toujours, elle délivre le sujet de sa passion de l’ignorance toujours prompte à se manifester malgré son engagement dans l’expérience analytique. Car, de ce point de vue, à chacun son escargot…


[1] Arasse, D., On n’y voit rien, Paris, Folio essais, 2015, p. 56.

[2] Ibid., p. 52.

[3] Ibid., p. 55.