En bikini
  • 13 octobre 2016
  • - Commentaires fermés sur Agalmatique ombilic, par Dominique Carpentier
  • -

Le 5 juillet 1946 est né le bikini, où il a été présenté pour la première fois à la piscine Molitor à Paris par son créateur, Louis Réard, nous apprend le journal Ouest-France qui consacre une pleine page à l’histoire de ces deux pièces dans son édition du 21 juillet dernier. La fameuse piscine y propose une exposition cet été : « Molitor fête les 70 ans du bikini ». Il y avait bien déjà des maillots « deux pièces » mais, c’est là la nouveauté de la culotte de ce maillot de bain, elle découvre le nombril. Il sied aux hommes de l’époque de porter des slips de bain qui découvrent depuis plus longtemps ce drôle de trou qui n’en est pas un, qui fait cicatrice de l’ombilic, qui dit la condition d’être né d’une femme. Que la femme le montre et le ventre fécond se fait agalma, dans la promesse à venir. Le nombril, marque de la condition du sujet d’être né, n’est plus caché : laisser voir son nombril, c’est dire la promesse de la rencontre sexuelle. Coco Chanel à la même période, lance la mode du bronzage, le bikini devient « tendance ». Il s’appelle du nom d’un atoll du Pacifique, en Océanie, et son histoire suit l’évolution de la société, qui petit à petit, accueille la nouvelle manière de se montrer sur la plage et ailleurs. Il devient célèbre sur le corps parfait de Brigitte Bardot, qui le porte sur la plage du Carlton en 1953, pendant le festival de Cannes. Il est encore réservé à une certaine élite, et sera à l’écran magnifié par Ursula Andress en 1963 (dans James Bond contre Docteur No) avant d’envahir les plages après sa « démocratisation » en 68. Bref, ce qui est intéressant dans l’affaire, c’est que depuis soixante-dix ans qu’il existe, le bikini n’a pas changé. Il voile pour montrer, sa matière et sa forme ont peu évolué, à peine, du balconnet, au triangle, en passant par le bandeau, il cache la poitrine pour la mettre en valeur. Le slip brésilien, l’italien (oui oui, ça existe !), la culotte haute, le string et autre micro string mettent en valeur les fesses. Chez les hommes, les stylistes travaillent à magnifier cette partie du corps. Homme et femme, côté fesses, même combat ! Et puisqu’il s’agit de toujours « montrer que l’on est jeune », qu’on le reste, malgré le poids de l’âge, il faut en convenir : si le bikini accuse 70 ans, il n’est toutefois pas nécessairement recommandé de le porter encore à cet âge ! Dominique Carpentier