Edito
  • 31 octobre 2016
  • - Commentaires fermés sur La fête de la psychanalyse, par Laurent Dupont
  • -
Chaque année, notre École met tout en œuvre pour transmettre ce que la psychanalyse a de plus vivant et mettre la clinique au cœur de ses Journées.
La clinique, c’est les Ménines de Velasquez, vous verrez cela samedi. Cela veut dire que celui qui parlera devant vous est impliqué dans le cas. Exposer, c’est s’exposer. Cela ne veut pas dire parler de soi, blablater avec son fantasme, cela implique que vous êtes dans le tableau.
« Vous êtes donc obligés de vous peindre vous-même dans le tableau clinique. Tout comme Vélasquez se représente lui-même le pinceau à la main, au milieu des êtres dont il peuple la toile des Ménines, avec la désorientation qui s’ensuit : il devient dès lors insituable, sauf à être conçu comme divisé. […] En psychanalyse, dirais-je, tout cas clinique devrait avoir la structure des Ménines »[1]. Il y a donc un se risquer à exposer, c’est la beauté du geste.
Les Ménines nous amènent en plénière, pourquoi inviter des artistes ? et des scientifiques ? Pourquoi ne pas rester entre nous et parler notre langue commune ? Parce que la psychanalyse s’enseigne, à entendre comme se fait enseigner. Par la clinique, nous l’avons dit, mais aussi par l’artiste qui toujours le précède, dit Lacan. Sophie Calle nous enseignera à coup sûr de ce lien entre le visible, l’invisible et la trace. Serge Toubiana aura des choses à nous dire sans doute sur l’œil, celui du cinéaste, de la caméra et le regard pourra surgir dans la coupure, le cadre, la lumière. Alain Prochiantz vient nous dire quelque chose qui ne peut que nous étonner, nous regarder : plus on avance dans le vivant, dans la génétique, dans les neurosciences et moins on y voit quelque chose. Paradoxe, cela nous enseigne sur le vivant. Point commun de ces trois invités, ce n’est pas le sens qui nous apprend, c’est la démarche.
Il y a une joie à sentir ces Journées arriver. Une joie immense à vous y retrouver.

[1] Miller J.-A., « Parler avec son corps » (PIPOL 5, les 2-3 juillet 2011 à Bruxelles), Mental n° 27/28, août 2012. p. 127-128.